Les forfaits en implantologie dentaire proposés par les mutuelles

L’implantologie dentaire est une méthode qui consiste à remplacer une ou plusieurs dents manquantes pas une racine artificielle. Donc pour reconstituer une dent en entier, on pose un implant dentaire (la racine artificielle), un pilier prothétique (pour soutenir la prothèse dentaire) et une couronne qui va couvrir le tout. D’un côté, les implants dentaires coûtent très cher, entre 1 500 et 2 500 € l’unité. D’un autre côté, l’implantologie dentaire n’est pas prise en charge par la Sécurité sociale.

La seule partie qui est remboursée par le régime obligatoire est la couronne dentaire. Là encore, le remboursement n’est qu’à hauteur de 70% sur le tarif conventionné. Pour pouvoir bénéficier d’un remboursement pour ses implants dentaires, il va falloir souscrire à une complémentaire santé. Mais souvent légers, les remboursements sont proposés dans le cadre de garanties haut de gamme… mais aussi onéreuses. Pour trouver une bonne mutuelle, il faut connaitre les éléments à prendre en compte, mais aussi les forfaits proposés par les mutuelles en matière d’implantologie dentaire.

Les conditions de prise en charge des implants dentaires

Grâce à la mise en place du dispositif 100% santé, les conditions de prise en charge de l’implantologie dentaire ont évolué. Il est désormais possible de bénéficier d’un remboursement intégral ou partiel pour les implants dentaires. Toutefois, le montant de remboursement dépend du type de prothèses sur implants. Autrement dit, s’agit-il d’une couronne céramique monolithique et céramo-métallique sur les dents visibles (incisives, canines et 1re prémolaire), d’une couronne céramique monolithique zircone (incisives et canines), d’une couronne métallique toute localisation, d’un inlay-core et couronne transitoire, d’un bridge céramo-métallique (incisives et canines), d’un bridge full zircon et métallique toute localisation, ou d’une prothèse amovible à base-résine ? Là encore, seules les prothèses sont prises en charge. Pour les implants, aucun remboursement envisageable.

Donc le reste à charge pour l’implantologie dentaire serait en effet beaucoup plus important pour les patients n’étant pas souscrits à une mutuelle. D’où la nécessité de trouver une bonne mutuelle pour implants dentaires.

conditions de prise en charge pour les implants dentaires

Comment choisir ses forfaits en implantologie dentaire ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’une mutuelle ou une assurance complémentaire santé est en mesure de  prendre en charge les dépenses non remboursées par la Sécurité sociale. Une mutuelle peut en effet prendre en charge prestations dentaires spécifiques, notamment la pose d’un implant dentaire. Mais toutes les mutuelles ne se valent pas non plus. Certaines proposent des cotisations annuelles à bas prix, et d’autres offrent des garanties plus étendues. Il faut en effet bien prendre le temps de comparer les mutuelles et prendre en compte les forfaits en implantologie dentaire proposés par chaque mutuelle pour bénéficier d’une meilleure prise en charge. En d’autres termes, il faut vérifier si la mutuelle de votre choix propose un remboursement en pourcentage ou un remboursement annuel. Les forfaits de remboursement vont dépendre du type de contrat choisi.

Tout cela pour dire que chaque mutuelle propose des niveaux de garanties différents. Les adhérents auront en effet le choix sur plusieurs niveaux de couverture sur leurs implants dentaires. Dans ce cas, voici les éléments à prendre en compte pour bien choisir son forfait en implantologie dentaire.

Le montant de la prise en charge

Il s’agit de l’élément le plus important quant au choix d’une mutuelle pour vos soins implantaires. Il faut en effet s’assurer que la pose de vos implants dentaires est bien remboursée. Par ailleurs, n’oubliez pas de vérifier le montant des couvertures. Pour le cas d’un forfait annuel, le montant de la prise en charge varie entre 200 et 1 200 €. Mais il existe également des complémentaires santé qui proposent un forfait en pourcentage + un forfait annuel. C’est-à-dire que le patient bénéficiera, en plus d’un remboursement en pourcentage, d’un forfait annuel. Par exemple, un remboursement de 200% en plus d’un forfait annuel de 100 €. Mais c’est des cas très rares. Soit ils sont remboursés sur un forfait annuel, soit la prise en charge se fait par pourcentage.

Le délai de carence

Il est possible que dans certains cas, les mutuelles exigent que le patient ait cotisé pendant 3 à 6 mois avant de pouvoir bénéficier d’une prise en charge en implantologie dentaire. Et en parlant de cotisations, les mutuelles peuvent être coûteuses. Mais plus le montant des cotisations est élevé, moins le reste à charge est. On constate souvent la différence avec une mutuelle économique, intermédiaire et haute de gamme.

Il est donc important de calculer et de comparer les cotisations mensuelles ou annuelles avant de signer un contrat de mutuelle pour être remboursé sur ses implants dentaires.

Le délai de remboursement et la durée d’engagement

Dans le cadre de l’implantologie dentaire, le patient devra avancer les frais de traitements. D’où l’importance de souscrire à une mutuelle qui a un délai de remboursement assez rapide. Quant à l’engagement, dans la majorité des cas, on signe pour un contrat de un an. D’où la proposition de forfait annuel pour l’implantologie dentaire.

forfaits implantologie dentaire par les mutuelles

Mutuelle dentaire : forfait en pourcentage ou forfait annuel, lequel choisir ?

De manière générale, comme il a été mentionné précédemment, les mutuelles proposent soit un forfait annuel, soit un remboursement en pourcentage pour l’implantologie dentaire. Mais quelle mutuelle choisir pour être pris en charge en cas de pose d‘implants dentaires ?

Le remboursement en pourcentage

Le forfait en pourcentage est un système de remboursement proposé par les mutuelles. Il s’agit en effet de vous rembourser en pourcentage sur la base de la prise en charge de la Sécurité sociale. C’est le cas pour les soins conservateurs inscrits dans la liste des prestations remboursées. Notamment la consultation, les soins conservateurs et certaines prothèses dentaires.

Pour le cas d’un remplacement par implants dentaires, le forfait en pourcentage dépend des montants que vous avez dépensés pour la pose de votre implant dentaire. Certaines mutuelles proposent un remboursement à 100%, d’autres une prise en charge de 200, voire 300%. Donc plus le pourcentage est élevé, plus le montant de remboursement est important. Mais ce ne sont que des chiffres ! Pratiquement parlant, les mutuelles ne vous remboursent pas plus que vos dépenses réelles. Elles peuvent prendre en charge vos implants dentaires à hauteur de 100, 200 ou 300%, mais jamais les remboursements ne dépassent vos frais réels.

remboursement implants dentaires

Le remboursement au forfait annuel

La prise en charge de certains appareillages est très basse, voire inexistante. Notamment pour les implants dentaires. Mais les mutuelles sont en mesure de prendre en charge ce type de traitement dentaire. Il existe même des mutuelles qui proposent des forfaits annuels pour l’implantologie dentaire. Sauf que le montant proposé annuellement va dépendre des garanties souscrites ainsi que les cotisations mensuelles.

Chaque mutuelle a donc sa propre formule. Il est fort probable que certaines mutuelles prévoient une augmentation du forfait selon la fidélité des patients. Par exemple, il y a des mutuelles qui augmentent le forfait dans le cas où le patient ne sollicite pas un remboursement annuel.

Les mutuelles dentaires sans plafond

Il y a également ce que l’on appelle le mutuel implant dentaire sans plafond. Il s’agit des mutuelles qui, comme son nom l’indique, n’imposent pas de plafonnement pour les remboursements. Autrement dit, ces mutuelles prennent en charge les frais réels liés à la pose de vos implants dentaires.

Par contre, ces mutuelles sont plus chères que celles qui proposent un forfait annuel ou un remboursement en pourcentage. Et dans la majorité des cas, elles n’imposent aucun délai de carence. Il est donc possible d’être pris en charge du moment où vous êtes souscrit à une mutuelle sans plafond. Mais afin d’éviter les mauvaises surprises, il est toujours conseillé de bien lire son contrat d’adhésion.